mardi 9 octobre 2012

Le premier Cookie et les oeufs de pas-que

Aujourd'hui, je vous propose une première Chronique du Grand Lama. Etant donné que je ne donnerai pas ces chroniques dans l'ordre, je vais commencer par un petit résumé de qui est le Grand Lama, afin que vous ne soyez pas perdus.

Tout d'abord, le Grand Lama n'a rien à voir avec le Lama Arc-en-ciel. Si le Lama arc-en-ciel est le créateur de l'univers, le Grand Lama quand à lui est le lama que les humains prient généralement (enfin, je suis la seule fidèle officielle, et je prie généralement le Grand Lama, donc les humains prient le Grand Lama, du moins tant qu'il ne sera pas démontré que je suis un lama). Le Grand Lama est un lama divin parmi d'autres, qui quelques millénaires après la création du monde d'à côté (nom souvent donné dans les Chroniques au monde tangible créé à côté des pâturages d'éternité, cf la Genèse) décida de passer le temps ) observer ledit monde. Tant et si bien qu'il finit par s'en mêler, aidant parfois les humains, ce qui initia la religion du Grand Lama.

Mais passons à notre chronique du jour. Je n'y parlerai pas de capybaras, ni de moutons, mais de cookies !



Le premier Cookie et les œufs de pas-que
Une Chronique du Grand Lama


Un matin le Grand Lama vint à passer dans un petit village du monde d'à côté. C'était en ce temps où les humains vivaient en harmonie avec les licornes et les capybaras. Le nom du village était "le village".
Le Grand Lama, aussitôt entré dans le village, perçu dans ses divins naseaux la douce odeur de quelque pâtisserie. Il décida en son infinie sagesse de se diriger vers l'origine du parfum, pour découvrir un fournil servant habituellement aux humains et aux capybaras à cuire le pain lorsque qu'aucune licorne n'était présente. L'outil ne servait donc pas souvent. Ce matin là Nu (en ce temps-là humains, licornes et capybaras vivaient en petites communautés, et n'avaient pas besoin de noms de plus d'une syllabe pour se différencier), jeune humain particulièrement isocèle, avait si faim qu'il décida de se préparer une miche de pain, alors qu'il n'avait qu'une vague idée du processus. Il prit donc des ingrédients au hasard dans la cuisine des licornes, mélangea le tout et obtint une étrange mixture, collante et épaisse. Il venait de l'enfourner lorsque le Grand Lama parut, ayant senti par avance grâce à son sens olfactif divin la merveille à venir. Nu, le jeune humain, s'était aussitôt endormi devant son fournil, attendant que la pâte cuise.

Le Grand Lama savait qu'avec une cuisson adéquate, Nu allait bientôt inventer un merveilleux biscuit qui ferait le bonheur des humains, licornes et capybaras pendant très longtemps. Mais il savait également une chose, plus terrible encore... C'est que ce biscuit ne pourrait révéler sa véritable forme que si l'on donnait aux mortels l'un des Composants du Zodiaque Gustatif et Sacré du Très Vénérable Mouton Gourmet. Autrement dit, l'un des 12 CZGSTVMG. Devait-il confier l'un de ces ingrédients secrets aux mortels ? Son âme de lama hésitait, car jamais aucun lama ne s'était risqué à faire à ce point confiance aux créatures inférieures. Mal utilisés, les czgtvmg pouvaient générer le mal, le chaos, la blanquette de veau et nombre d'atrocités sans nom ! De plus, cela impliquait de transférer une partie de la divinité des pâturages d'éternité vers le monde d'à côté. Ce qui, si vous avez bien lu la Genèse, était une abomination d'une dangerosité absolue !

Empli de doute, le Grand Lama décida de partir en quête du Mouton Gourmet (les deux dernières lettres de czgtvmg) pour lui demander conseil sur l'utilisation qui conviendrait au premier des czgtvmg : le chocolat. Pour mener à bien cette mission, le Grand Lama emporta les biscuits imparfaits et leur inventeur, afin que leur conception ne s'ébruite pas avant que ne soit décidé quel destin serait le leur. C'est ainsi que le Grand Lama, Nu et une douzaine de biscuits à moitié cuits s'envolèrent sur un arc-en-ciel vers l'île de Sheepland où résidait en ce temps-là le Mouton Gourmet.

***
Après une téléportation par ar-en-ciel de trois millièmes de secondes, ils se retrouvèrent sur la vaste île de Sheepland. Cette île se trouvait dans les territoires austraux du monde d'à côté, mais pas trop. Car les moutons ne voulaient pas vivre trop loin du centre du monde : ils aiment être au courant des actualités. Sheepland était un territoire assez vaste, majoritairement composé d'une large prairie où l'herbe poussait à foison, mais pas trop : il ne fallait pas que cela ressembla trop aux pâturages d'éternité. Le lecteur avisé remarquera certainement que Sheepland s'inspirait de la topographie des pâturages d'éternité. En effet, les moutons, de part leur légère ressemblance physique avec les lamas, se considéraient en ce temps là comme les créatures les plus proches des divins. C'est pourquoi ils ne vivaient pas en compagnie des humains, licornes et capybaras. Ils espéraient qu'à force de vivre dans leur coin sans rien demander à personne, ils finiraient par créer leur propre réalité, intermédiaire entre les pâturages d'éternité et le monde d'à côté.

Mais revenons à nos moutons.

Le Grand Lama avait fait en sorte que l'arc-en-ciel les conduise directement devant la demeure du Mouton Gourmet. Le Mouton Gourmet était réputé pour être particulièrement grincheux et désagréable, et vivait reclus près du lac des saveurs incongrues, au centre duquel se dressait le pic des glaces à la vanille. Sa chaumière était principalement constituée d'une cuisine et d'une cave immense dans laquelle le Gourmet archivait toutes ses découvertes gustatives, à l'aide d'un procédé de conservation des aliments malheureusement perdu aujourd'hui. Malheureusement, ce jour là, le Gourmet était absent.

Le Grand Lama, dans son infinie connaissance, savait que le Mouton Gourmet était parti sur le pic des glaces à la vanille, et qu'il ne reviendrait pas avant un certain temps. Puisque l'humain, Nu, commençait à devenir encombrant, il le laissa devant la porte, puis reparti sur son arc-en-ciel pour le pic des glaces à la vanille, emportant avec lui les biscuits à demi-finis. Parce qu'il serait tout de même compliqué de faire apprécier l'ampleur du problème au Mouton Gourmet sans ces précieux gâteaux.

Il alla à la rencontre du Mouton Gourmet, et le trouva au pied du pic des glaces à la vanille, près de la rive intérieure du lac des saveurs incongrues, où poussaient les plantes les plus extraordinaires, aux parfums subtils, raffinés, ou le plus souvent franchement incongrus. Le Grand Lama s'approcha du Mouton Gourmet, qui l'envoya aussitôt paitre plus loin : il était très occupé. En effet le Gourmet menait en ce moment même une étude de la plus haute importance, pour déterminer s'il fallait faire entrer dans les czgtvmg un fruit hautement exotique et mystérieux, dont les humains de toute façon n'étaient pas à même d'apprécier la qualité gustative : le durian. Cependant, le Gourmet se ravisa dès qu'il aperçu les biscuits que le Grand Lama transportait. Tout comme son homologue, divin, il comprit aussitôt la grandeur et la dangerosité des biscuits. Ils n'eurent besoin d'échanger la moindre parole, pour que le Gourmet se mette à réfléchir à toute vitesse. Il rappela au Grand Lama l'importance des czgtvmg, et combien il serait sacrilège de permettre aux créatures du monde d'à côté l'utilisation du chocolat. Après quelques minutes de palabres, ils en vinrent à la conclusion que ce problème dépassait de loin leur juridiction. Ils allaient devoir porter ce problème devant le Conseil des Anciens Lamas.

à suivre....

12 commentaires:

  1. " mélangea le tout et obtint une étrange mixture, collante et épaisse. Il venait de l'enfourner"
    => Heum heum. 8D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le seul homme de ce texte est Nu, et c'est à ce membre de phrase là que tu t'en prends ?

      Supprimer
    2. Merci de m'avoir fait hurler de rire :'D

      Supprimer
    3. Vil galopin, j'y avais même pas pensé.

      Supprimer
    4. Ben voyons. Entre ça et ton tag "petite jeune fille aguicheuse", je n'ose imaginer ce que sera la suite de ton blog.

      Mais bon, nous verrons bien.

      Supprimer
    5. @ Baal (pour éviter toute confusion, la plateforme ne gérant visiblement qu'un seul sous-niveau de commentaires :/)

      De rien pour le lien, au fait.
      C'est que j'ai de très mauvaises influences aussi. Tu veux que je te rappelle le nombre de fois que tu as écrit "sexe" dans tes bonnes raisons pour ne pas se suicider ?

      Supprimer
    6. Ah, c'est bien, je vois que tu n'as pas encore tout vu sur mon blog (j'ai fait largement pire).
      Je ne suis pas un parangon de vertu, en fait. Pour ne rien te cacher. Mais j'ignorais que j'avais une telle influence.

      Supprimer
    7. Effectivement je n'ai pas lu tout ton blog en une seule soirée d'ennui. Quand même.
      Si ça peut te rassurer tu es très loin d'être la pire de mes relations x) Mais en effet, je ne sais pas tout ! :o

      Supprimer
  2. Ceci est un commentaire random, histoire que tu aies une petite surprise pour quand tu retrouveras le net =o
    "zOMFGWTFBBQ ! Mais il y a UN COMMENTAIRE sur mon blog ! Sacrebleu, quelle surprise ! Je tombe des nues habillée !" vas-tu alors te dire en lisant cela =o

    "Merci de m'avoir fait hurler de rire :'D"
    => De rien, au passage. Je suis là pour ça B-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacrebleu en effet, ceci prouve que mon lectorat est en manque de lamas. Il va falloir redresser le cap !

      Supprimer
  3. Bon alors, la suite elle est où ? La suite, la suite, la suite... (etc)

    Tu vas pas abandonner ton blog en rase-campagne quand même.

    RépondreSupprimer